Passer au contenu

/ Département de psychologie

Rechercher

Experts en : Développement de l'enfant

Beauchamp, Miriam

BEAUCHAMP, Miriam

Professeure agrégée

Mon programme de recherche vise à mieux comprendre le développement cérébral, cognitif et social du nourrisson, de l’enfant et de l’adolescent. À travers plusieurs études, je cherche aussi à mieux comprendre les conséquences d’atteintes au cerveau en bas âge, telles celles provoquées par les commotions cérébrales et les traumatismes crânio-cérébraux. Plusieurs approches méthodologiques et technologiques sont adoptées sous quatre grandes lignes d’investigation:

  • Études du développement normal de l’enfant et des facteurs prédictifs de la maturation cérébrale et cognitive.
  • Investigation des effets de blessures cérébrales péri-natales (e.g. prématurité) et post-natales (e.g. traumatisme crânien) sur la cognition, la compétence sociale, la qualité de vie et le développement cérébral.
  • Conception et validation de nouvelles tâches de cognition et d’habiletés sociales (e.g. raisonnement moral, théorie de l’esprit, fonctions exécutives).
  • Développement de programmes d’intervention pour les parents et les enfants/adolescents ayant un traumatisme crânien

Populations visées

  • Populations saines, traumatisme crânien, prématurité, troubles de comportement, désordres pédopsychiatriques, maladies métaboliques/génétiques, autres troubles neuropsychologiques, etc.

Techniques utilisées

  • IRM, IRMf, TEP, DTI, oculométrie, évaluation neuropsychologique, études longitudinales, réalité virtuelle, observation du comportement, analyse des émotions faciales, biomarqueurs, etc.
Lire plus…

Profil complet

BÉLIVEAU, Marie-Julie

Professeure adjointe

Mon principal champ d'expertise actuel porte sur la cooccurrence élevée des troubles de développement, en particulier le trouble de langage, mais aussi le trouble de coordination motrice, chez les enfants qui consultent pour des problèmes émotionnels et comportementaux. Selon la littérature sur le sujet, près du deux-tiers des enfants qui consultent pour des problématiques émotionnelles et comportementales présentent des difficultés significatives du langage. Malheureusement, ces difficultés ne seraient pas identifiées parmi le tiers d'entre eux. Il est également documenté que la majorité des enfants vivant des difficultés sur le plan langagier présente aussi des difficultés significatives de la coordination motrice. Par mes études, je souhaite contribuer à une meilleure connaissance des mécanismes sous-jacents à ces fortes associations ainsi qu'à mieux faire connaître ces aspects cruciaux, présentement trop souvent ignorés, aux praticiens qui œuvrent dans les milieux cliniques. De manière plus générale, je cherche aussi, dans un premier temps, à mieux caractériser les enfants de la période préscolaire qui consultent en pédopsychiatrie. Pour ce faire, je m'intéresse à la mesure auprès de l'enfant d'âge préscolaire, que ce soit du développement cognitif ou affectif, dans le cadre de la relation parent-enfant, et à l'interrelation entre ces différentes sphères dans son développement.

Un autre champ d'expertise plus spécifique concerne la relation parent-enfant. D'une part, je m'intéresse à l'importance de tenir compte de ces relations dans le développement de l'enfant, en m'appuyant sur les connaissances provenant du champ de l'attachement. Je souhaite également contribuer au transfert de connaissance provenant de ce domaine de recherche vers les milieux cliniques. En particulier en ce qui concerne l'évaluation des comportements et des représentations d'attachement, par les procédures observationnelles de l'enfant d'âge préscolaire, ainsi que par l'utilisation de mesures semi-projectives telles que le MacArthur Story Stem Battery et, auprès de l'adulte, de l'Adult Attachment Projective (George & West, 2012), de même que les interventions parent-enfant développées et appuyées empiriquement par la recherche.

Lire plus…

Profil complet

JOUSSEMET, Mireille

Professeure agrégée

À la croisée de la psychologie sociale et de la psychologie du développement de l'enfant, mon programme de recherche est ancré dans la théorie de l’autodétermination (Deci et Ryan; 1980, 2000, 2010; Ryan et Deci, 2017). Cette théorie stipule que les tous êtres humains ont trois besoins psychologiques essentiels : la compétence, l’affiliation sociale et l’autodétermination. Mes activités de recherche portent sur le besoin d’auto-détermination des enfants, la satisfaction de ce besoin par leurs agents de socialisation (principalement leurs parents) et leur développement. 

Les devis de recherche que nous utilisons afin de tester nos hypothèses sont surtout expérimentaux  (comme dans le cadre de l'essai contrôlé randomisé évaluant l'efficacité de l'atelier pour parents Nos Enfants ou lors de comparaison de différents types de directives données, p.ex,. Savard et al., 2013; Emond Pelletier et Joussemet, 2017) ou longitudinaux (p.ex., Laurin et al., 2015). 

Lire plus…

Profil complet

KING, Suzanne

Professeure associée

Suzanne King est Professeure en Psychiatrie à l’Université McGill et Chercheure Principale à la Division de Recherche Psychosociale au Centre de Recherche de l’Hôpital Douglas depuis 1991. Ses travaux précédents sur la schizophrénie investiguaient les associations entre le parcours de la schizophrénie et les attitudes familiales envers le patient (Émotion exprimée).

Plus récemment, le Projet EnviroGen investigue les moyens par lesquels les facteurs de risque de la schizophrénie, tels que la génétique, le stress prénatal, les complications obstétriques, les traumatismes infantiles, et l’usage de cannabis à l’adolescence influencent l’apparition des symptômes chez les personnes schizophrènes ainsi que chez les populations contrôles « saines ». En utilisant un désastre naturel local afin d’examiner les effets du stress prénatal de façon prospective, Dr. King et son équipe ont suivi plus de 150 femmes qui étaient enceintes pendant la crise du verglas de 1998 ainsi que leurs enfants.

Le Projet Verglas a démontré que la sévérité du stress maternel ainsi que le trimestre  de la grossesse au moment de l’exposition expliquent de la variance dans le développement cognitif, comportemental et physique des enfants. Les effets de l’exposition au stress maternel prénatal étaient encore présents chez les enfants à l’âge de 11 ans et demi.

Une deuxième étude sur le stress maternel prénatal, le Iowa Flood Study, suit 300 femmes ayant vécu des inondations en juin 2008 et tente de répliquer le Projet Verglas, en incluant un échantillon de femmes dont les facteurs de risque et le fonctionnement psychosociaux avaient été évalués avant le désastre, faisant en sorte que ceci est la première étude  pré-post trauma chez les femmes enceintes.

Finalement, le QF2011 Queensland Flood Study inclut des données psychosociales pré-inondation, un groupe contrôle randomisé selon deux pratiques d’accompagnement à la naissance par une sage-femme, et des échantillons biologiques périnatales recueillis auprès de près de 300 femmes australiennes. Dr. King cherche à intégrer les résultats de ses études prospectives et rétrospectives dans un modèle neurodéveloppemental de maladie mentale grave.

Lire plus…

Profil complet

Lippé, Sarah

LIPPÉ, Sarah

Professeure agrégée

En tant qu’adulte, nous sommes souvent émerveillés par la rapidité et la facilité d’apprentissage d’un jeune enfant. Les facteurs qui influencent le développement de l’enfant sont multiples. Mon programme de recherche vise à mieux comprendre les mécanismes cérébraux impliqués dans les processus d’apprentissage de l’enfant et du très jeune enfant.

  • Etude des mécanismes cérébraux d’apprentissage de l’enfant sain.
  • Liens avec le développement cérébral normal, les cycles veille/sommeil, la nutrition, l’environnement familial, l’autorégulation de l’enfant…

En deuxième lieu, je m’intéresse aux pathologies qui surviennent parfois à des moments clés du développement de l’enfant et qui sont parfois délétères au développement cérébral, cognitif et affectif. Par exemple, j’étudie les effets de l’épilepsie causée par une lésion développementale et de l’épilepsie qui n’a pas de cause apparente.

Méthodes d’investigation : imagerie cérébrale (structurelle et fonctionnelle), électrophysiologie (EEG/MEG), comportement (suivi du regard, tests neuropsychologiques).

Lire plus…

Profil complet