Passer au contenu

/ Département de psychologie

Rechercher

Experts en : Schizophrénie

DÉCARY, Anne

Superviseure de stage

  • Âge et facteurs de risques
  • Anxiété
  • Aspects sociaux du vieillissement
  • Atrophie cérébrale
  • Autisme (Neurosciences, santé mentale et toxicomanies)
  • Cognition
  • Dégénérescence cellulaire
  • Démences
  • Dépression
  • Génétique du vieillissement
  • Maladies chroniques chez les personnes âgées
  • Maladies neurodégénératives (Vieillissement)
  • Neuropsychologie cognitive du vieillissement
  • Nutrition et vieillissement
  • Perte d'autonomie
  • Prise de médicaments et interactions médicamenteuses
  • Processus de vieillissement
  • Psychiatrie sociale et culturelle
  • Qualité de vie et vieillissement
  • Relations intergénérationnelles
  • Santé mentale et société
  • Schizophrénie
  • Suicide (Neurosciences, santé mentale et toxicomanies)
  • Troubles affectifs (de l'humeur)
  • Troubles caractériels
  • Troubles de l'alimentation
  • Vieillissement cellulaire

Je m'intéresse aux possibles contributions des modifications du sommeil et du niveau de vigilance de la personne âgée sur son fonctionnement cognitif.

Lire plus…

Profil complet

KING, Suzanne

Professeure associée

Suzanne King est Professeure en Psychiatrie à l’Université McGill et Chercheure Principale à la Division de Recherche Psychosociale au Centre de Recherche de l’Hôpital Douglas depuis 1991. Ses travaux précédents sur la schizophrénie investiguaient les associations entre le parcours de la schizophrénie et les attitudes familiales envers le patient (Émotion exprimée).

Plus récemment, le Projet EnviroGen investigue les moyens par lesquels les facteurs de risque de la schizophrénie, tels que la génétique, le stress prénatal, les complications obstétriques, les traumatismes infantiles, et l’usage de cannabis à l’adolescence influencent l’apparition des symptômes chez les personnes schizophrènes ainsi que chez les populations contrôles « saines ». En utilisant un désastre naturel local afin d’examiner les effets du stress prénatal de façon prospective, Dr. King et son équipe ont suivi plus de 150 femmes qui étaient enceintes pendant la crise du verglas de 1998 ainsi que leurs enfants.

Le Projet Verglas a démontré que la sévérité du stress maternel ainsi que le trimestre  de la grossesse au moment de l’exposition expliquent de la variance dans le développement cognitif, comportemental et physique des enfants. Les effets de l’exposition au stress maternel prénatal étaient encore présents chez les enfants à l’âge de 11 ans et demi.

Une deuxième étude sur le stress maternel prénatal, le Iowa Flood Study, suit 300 femmes ayant vécu des inondations en juin 2008 et tente de répliquer le Projet Verglas, en incluant un échantillon de femmes dont les facteurs de risque et le fonctionnement psychosociaux avaient été évalués avant le désastre, faisant en sorte que ceci est la première étude  pré-post trauma chez les femmes enceintes.

Finalement, le QF2011 Queensland Flood Study inclut des données psychosociales pré-inondation, un groupe contrôle randomisé selon deux pratiques d’accompagnement à la naissance par une sage-femme, et des échantillons biologiques périnatales recueillis auprès de près de 300 femmes australiennes. Dr. King cherche à intégrer les résultats de ses études prospectives et rétrospectives dans un modèle neurodéveloppemental de maladie mentale grave.

Lire plus…

Profil complet